La technique de médiation de la Danse-Rythme-Thérapie : l’Expression Primitive.


La Danse-Rythme-Thérapie se pratique depuis une quinzaine d’années dans des hôpitaux  ou auprès des particuliers. Son efficacité tient d’abord au rythme, un rythme puissant, celui de la technique qu’elle utilise : l’Expression Primitive créée et ainsi nommée par un danseur et chorégraphe haïtien, Herns Duplan selon l’esthétique pure et stylisée du primitivisme en art.Rien de tel que l’Expression Primitive pour réveiller les énergies du corps, stimuler le sytème immunitaire, renforcer les défenses,  renouveler les pulsions de vie et chasser les forces mortifères pour faire place à la joie.

J’ai fondé la Danse-Rythme-Thérapie à partir de l’Expression Primitive après avoir étudié pour ma thèse de nombreux rituels thérapeutiques dansés, traditionnels, tribaux ou chamaniques qui lui ont fourni des outils oubliés par les thérapies d’Europe occidentale : le rythme, le groupe choral, la résonance, le rituel, la joie de la transe dansée…
Le rythme fait ressortir fortement la pulsation, le plus familier, le plus naturel, le plus universel des rythmes, celui du battement du coeur. Elle est frappée sur le tambour comme le font les chamanes et les musiciens qui accompagnent les danses de possession où, dans toute l’Afrique, les divinités s’incarnent dans les humains.  

L’écoute de la pulsation réveille spontanément une énergie latente qui jaillit au dehors en mouvements rythmés. Mais la thérapie n’est pas le simple défoulement d’un geste débridé. Le rythme, c’est de l’énergie, mais c’est aussi un temps commun qui permet de se relier à l’autre par des mouvements synchrones, de se sentir à la fois un individu et membre d’un groupe ; c’est aussi un cadre, une structure, dont l’ordre premier est la répétition périodique qui permet d’ordonner le mouvement, de le ritualiser tout en lui gardant sa structure naturelle. Répéter un geste crée une résonance, redoublée par le groupe synchrone,  choeur chantant-dansant.  

Sous l’effet de la répétition et de la résonance, l’énergie et la forme du mouvement s’amplifient, ce qui, ajouté à l’effet hypnotique de la répétition, conduit à la transe de la danse, l’état dionysiaque de  l’enthousiasme (« le dieu en soi »: la Vie), expérience d’être traversé par une énergie inconnue, bonheur de se sentir intensément vivant, accordé avec ce qu’on est au plus profond de soi, qu’on découvre plus vaste qu’on ne pensait. 

L’homme recherche depuis toujours à sortir des bornes de la conscience ordinaire, cet état de conscience élargie où la réalité est « augmentée » comme le sont capacités du corps et celles de l’esprit, qui devient inspiré, imaginatif, créatif, artiste… L’Occident, se voulant champion de la raison logique, l’a longtemps exclue mais lui ouvre aujourd’hui les bras avec la pratique de l’hypnose ou celle de la méditation qui sont des pratiques spirituelles mais adogmatiques, non religieuses. Il en est de même pour la danse. 

Il n’y a pas de thérapie sans recherche de sens, cet ensemble de sensations, d’émotions et de pensée. Tout le dispositif de la Danse-Rythme-Thérapie y conduit par la modification de l’état de conscience : avec la répétition, les mouvements deviennent réflexes, ils se déploient et se replient automatiquement, reviennent, recommencent, renaissent, continuent, tenaces, rebondissent sans cesse. Cet automatisme hypnotique repose le danseur de l’effort de la pensée, il est là et ailleurs, absent et présent, il pense sans penser, et cette méditation dynamique laisse place à l’inconscient, une présence inouïe qui entend dans le rythme l’ordre cardio-respiratoire, moteur de la vie ;  qui voit dans le mouvement, l’ordre du corps humain : bipédie, marche, verticalité, symétrie ; qui découvre dans la concordance des deux ordres superposés celui de l’homme vivant, trait-d’union entre la terre et le ciel, entre le corps et le symbole. Les mouvements répétitifs, symboliques, évocateurs sont des signes. Ils « parlent » au danseur, ils insistent pour en être entendus, pour lui dévoiler sa nature humaine qu’il partage avec tous, et sa singularité inscrite dans cet universel. 


France Schott-Billmann

  • Youtube

©2020 DRLST x ATELIER DU GESTE RYTHMÉ

Organisme de formation N° 11755096575